Plan du Quartier la Vaudoire-Debussy


Le quartier de la Vaudoire-Debussy à Sartrouville est défini entre les avenues Jean Jaurès, coté impair, Maurice Bertaux, coté pair, Convention coté pair, et la Rue Lamartine




Historique du Quartier de la Vaudoire Debussy



Voici quelques anciennes photos du quartier



  
  
  
  

A une époque ancienne, à Sartrouville qui s'appelait Sartoris-Villa, la vigne constituait dans la région la principale culture. Les Romains l'avait encouragée car le climat des environs de Paris était bien moins froid.
C'est le pourquoi des terrains longs et étroits qui subsistent actuellement dans notre quartier. Vers l'an 1000 le village dépendit du monastère d'Argenteuil. Par la suite le quartier de La Vaudoire a appartenu aux seigneurs de Maisons-Laffitte, de Poissy et au roi de France.
Le fief de La Vaudoire, est au début, un hameau au sud-ouest du village.

Voici ci-après le scan d'un livret ancien traitant des propriétaires successifs du château de la Vaudoire:

>



Population rurale à l'origine, la première guerre mondiale changea la physionomie de la ville. Sartrouville devient alors une ville en pleine expansion.
Et ayez la curiosité d'aller voir, espace Saint PAUL, rue des rosiers, le MUSEE de L'HISTOIRE de SARTROUVILLE et aussi le site internet qui lui est consacré



L'historique des rues de notre quartier



Maurice BERTEAUX (avenue)
Henri Maurice Berteaux, né à Saint-Maur-des-Fossés (Seine - actuellement Val-de-Marne) le 3 juin 1852 et mort à Issy-les-Moulineaux (Seine - actuellement Hauts-de-Seine) le 21 mai 1911, est un homme politique français.
Maire de Chatou depuis 1891, député de Seine-et-Oise en 1893, président du Conseil général de Seine-et-Oise en 1908, Maurice Berteaux, à 56 ans, est devenu une personnalité marquante et influente de la banlieue ouest-parisienne de la Belle Epoque. Il était notamment intervenu activement en 1904 pour empêcher la démolition du château de Maisons-Laffitte.


Félix BLOCH (rue)
Félix Bloch (23 octobre 1905 - 10 septembre 1983) était un physicien suisse qui a surtout travaillé aux Etats-Unis.
Edward Mills Purcell et lui sont colauréats du prix Nobel de physique de 1952 " pour leur développement de nouvelles méthodes de mesures magnétiques nucléaires fines et les découvertes qui en ont découlé ", notamment la résonance magnétique nucléaire (RMN).


BRULAY René (rue)
1904-1943 - Résistant, fut arrêté dans son pavillon de la rue du 4 Septembre (aujourd'hui rue René Brulay) alors qu'il imprimait clandestinement des feuilles de l'Humanité, déporté et fusillé au camp de Natzweiller-Struthof près de Strasbourg le 22 juillet 1943.
Le 18 Avril 1947 l'ancienne rue du 4 Septembre (recensement de 1925) devint la rue René Brulay.
Le nom de la rue du 4 Septembre sera donné à la rue des Bleuets.


Rue des CHALETS


Jean Etienne Vachier dit CHAMPIONNET (rue)
Général français né à Alixan, près de Valence, le 14 avril 1762 et mort à Antibes (Alpes-Maritimes) le 9 janvier 1800.


Auguste CHRÉTIENNE (rue)
Auguste Chrétienne, né le 21 février 1913 à Avranches et mort le 9 juillet 1990 à Maisons-Laffitte, était un homme politique français communiste. Il travaille comme métallurgiste aux usines Peugeot, puis à la SNACA, à Sartrouville. Il adhère au parti communiste en 1946. Il est élu sénateur de la Seine-et-Oise en 1952 mais son élection est invalidée. Il sera réélu le 8 juin 1958 mais perdra son siège de sénateur le 26 avril 1959. Il est à nouveau élu au conseil municipal de Sartrouville en 1953, puis devient maire de la ville de 1959 à 1989.


DANTON (rue)
Né à Arcis-sur-Aube en 1759, Danton est issu d'une famille de la petite bourgeoisie. Il est mort le 5 avril 1794 (16 germinal an II) à Paris. Danton est avocat au Conseil du Roi et un homme politique français. Il est une des figures emblématiques de la Révolution française, tout comme Mirabeau, avec qui il partage un prodigieux talent oratoire et un tempérament impétueux, avide de jouissances (les ennemis de la Révolution l'appellent " le Mirabeau du ruisseau "), ou comme Robespierre, à qui tout l'oppose, le style, le tempérament. Il incarne la " Patrie en danger " dans les heures tragiques de l'invasion d'août 1792, quand il s'efforce de fédérer contre l'ennemi toutes les énergies de la nation et d'user de tous les expédients : pour vaincre, dit-il, " il nous faut de l'audace, encore de l'audace, toujours de l'audace, et la France sera sauvée ! ", et il n'hésite pas, par pragmatisme, à entamer des négociations secrètes avec les monarques coalisés pour négocier une paix rapide.


DEBUSSY (impasse) voir rue Debussy


Claude DEBUSSY (rue)
Claude Debussy est un compositeur français, né le 22 août 1862 à Saint-Germain-en-Laye et mort le 25 mars 1918 à Paris.
En posant en 1894 avec Prélude à l'après-midi d'un faune le premier jalon de la musique moderne, Debussy place d'emblée son œuvre sous le sceau de l'avant-garde musicale. Il est brièvement wagnérien en 1889, puis anticonformiste le reste de sa vie, en rejetant tous les académismes esthétiques. Avec La Mer, il renouvelle la forme symphonique ; avec Jeux, il inscrit la musique pour ballet dans un modernisme prophétique ; avec Pelléas et Mélisande, l'opéra français sort des ornières de la tradition du drame lyrique, tandis qu'il confère à la musique de chambre, avec son quatuor à cordes et son trio, des accents impressionnistes inspirés. Avec une œuvre modeste en nombre, mais décisive dans l'histoire de la musique, Claude Debussy laisse l'image d'un créateur original et profond d'une musique où souffle le vent de la liberté.


Paul DEROULEDE (rue)
Poète, auteur dramatique, romancier et militant nationaliste français, il est né à Paris le 2 septembre 1846 et mort sur le mont Boron à Nice le 31 janvier 1914 (à 67 ans). Son nationalisme intransigeant et son revanchisme en font un acteur important de la droite nationaliste française.


FOUBERT Hortense (avenue)
Geneviève Hortense Foubert est née à Sartrouville le 4 septembre 1816, fille de Louis Foubert et de Marie Geneviève Cochon, épouse en première noces de Charles Claude Jacquet et en deuxième noces de Jacques André Leguay (toutes vieilles familles propriétaires terriennes, vigneronnes, cultivatrices, citées dans les archives de Sartrouville dès le début du 18 e siècle) - décédée le 16 janvier 1888 après avoir institué la commune sa légataire universelle. Sa succession a été évaluée à 64 344.88 francs OR qui ont profité entièrement à la commune.
On a donc donné son nom le 06 février 1898 au boulevard du Camp (récemment ouvert en voie urbaine), ancien chemin N°63 de Maisons à Houilles (plan de 1884)
Avant la construction du pont de Maisons en 1812, ce chemin était le passage obligatoire en venant de Paris pour aller rejoindre le bac du bas de la rue Léon Fontaine (rue du bac).
L'avenue Hortense Foubert fut plantée d'arbres en 1905/6


FUSILLÉS de la libération (Place des)
Baptisé le 18 octobre 1944, ce lieu à l'origine était rural, et les meules de foin y avaient leur domicile. On prit l'habitude de lui donner le nom de Place de la Gare dès le 19 ème siècle après l'ouverture de la halte du chemin de fer (1892) et le début d'urbanisation du quartier.
Cette place a une longue histoire derrière elle, qui est liée à la création de la voie ferrée, à l'augmentation du trafic (routier et ferroviaire), à l'urbanisation.... Elle fut maintes fois remaniée.
On peut parler du marché : le premier marché de Sartrouville y vit le jour. Elle n'était pas très jolie cette place première manière, seul un petit kiosque octogonal en ciment, datant des année 30 en ornait le centre. Son sous-sol abritait les répétitions de l'Harmonie municipale. L'été la fête forraine s'installait sur la place et le bal du 14 juillet avait lieu sous la halle.
En 1963 le marché fut déplacé au centre Debussy et une bibliothèque fut construite. Celle-ci a disparu en 2004 pour faire place à l'aménagement actuel.


GABRIELLE (rue)
Voie nouvelle ouverte par la D.M. du 12 janvier 1932. Sans doute le prénom d'une propriétaire terrienne dont le terrain traversé par des voies permettait d'accéder aux parcelles requises.


Joseph GALLIENI (rue)
Joseph Simon Gallieni, né le 24 avril 1849 à Saint-Béat en Haute-Garonne et mort le 27 mai 1916 à Versailles, est un militaire et administrateur colonial français. Il exerça une grande partie de son activité dans les opérations de colonisation menées par la France, laissant une empreinte profonde sur l'histoire de la colonisation française, et termina sa carrière pendant la Première Guerre mondiale. Il fut fait maréchal à titre posthume en 1921.


GUERIOT Paul (parc)
Né en 1850 décédé en 1949 cet écrivain historien fut maire de Sartrouville de 1914 à 1919. D'un grand charisme, il ne voulut pas renouveler son mandat mais resta pour tout le monde "Monsieur le Maire". A son actif, la première cantine scolaire, la construction de la rue Thiers (devenue rue Louise Michel) et la caisse des Ecoles.
Auteur d'un ouvrage intitulé "Souvenirs historique sur Sartrouville et ses environs" qui fait toujours autorité.


HOCHE (rue)
Louis Lazare Hoche, né le 25 juin 1768 à Versailles et mort le 19 septembre 1797 à Wetzlar (Hesse), est un général français de la Révolution.


JEAN-JAURES (Avenue)
Jean-Jaurès est un homme politique français, né à Castres (Tarn) le 3 septembre 1859 et mort assassiné à Paris le 31 juillet 1914. Orateur et parlementaire socialiste, il s'est notamment illustré par son pacifisme et son opposition au déclenchement de la Première Guerre mondiale.


KLEBER Jean-Baptiste (rue)
Jean-Baptiste Kléber, né le 9 mars 1753 à Strasbourg et assassiné le 14 juin 1800 au Caire en Egypte, est un général français qui s'est illustré lors des guerres de la Révolution française, notamment lors de la guerre de Vendée et de la campagne d'Egypte.


Alphonse de LAMARTINE (rue)
Alphonse Marie Louis de Prat de Lamartine dit Alphonse de Lamartine, né à Mâcon le 21 octobre 1790 et mort à Paris le 28 février 1869, est un poète, romancier, dramaturge et prosateur en même temps qu'un homme politique français. Cet orateur d'exception qui fut l'âme de la révolution de février 1848, proclama la Deuxième République. Il est l'une des plus grandes figures du romantisme en France.


Louise MICHEL (rue)
Louise Michel, née le 29 mai 1830 à Vroncourt-la-Côte, Haute-Marne et morte le 9 janvier 1905 à Marseille, alias " Enjolras ", est une institutrice, militante anarchiste, franc-maçonne, aux idées féministes et l'une des figures majeures de la Commune de Paris. Première à arborer le drapeau noir, elle popularise celui-ci au sein du mouvement anarchiste.


Jean MOULIN
Né le 20 juin 1899 à Béziers (Hérault) et mort le 8 juillet 1943 à Metz (Moselle), il est un haut fonctionnaire (préfet de l'Eure-et-Loir) et résistant français. En septembre 1941, il rejoint la France libre à Londres en passant par l'Espagne et le Portugal. Il est reçu par Charles de Gaulle à qui il fait un compte rendu de l'état de la Résistance en France et de ses besoins, notamment financiers et en armement. A l'issue de quelques entretiens, il est envoyé à Lyon par Charles de Gaulle pour unifier les mouvements de la Résistance, où il est arrêté le 21 juin 1943 et conduit au siège de la Gestapo. Il meurt dans le train qui le transporte en Allemagne peu avant le passage de la frontière, le 8 juillet 1943. Son décès est enregistré en gare de Metz.


ORSI commissaire (rue)
Le Commissaire de Police ORSI a été arrété en 1943, en mairie de SARTROUVILLE, puis déporté, est mort à Ebensee, commando Mauthausen en Autriche en 1944


PASTEUR (avenue)
Louis Pasteur, né à Dole (Jura) le 27 décembre 1822 et mort à Marnes-la-Coquette (à cette époque en Seine-et-Oise) le 28 septembre 1895, est un scientifique français, chimiste et physicien de formation, pionnier de la microbiologie, qui, de son vivant même, connut une grande notoriété pour avoir mis au point un vaccin contre la rage.


de la PRESSE (rue)


Quatre Septembre (rue)
C'est le 247e jour de l'année du calendrier grégorien, le 248e en cas d'année bissextile. Il reste 118 jours avant la fin de l'année. Ecrit 4-Septembre (ou 4 Septembre), il indique la proclamation de la IIIe République française, au cours de la guerre de 1870. L'opposition parlementaire, surtout républicaine, menée par Léon Gambetta parvient à mettre en place un gouvernement provisoire, dit de " Défense nationale ". La République est proclamée le 4 septembre, au balcon de l'Hôtel de ville de Paris, quoiqu'elle le fut d'abord dans quelques villes de province (Lyon notamment). C'était généralement le 18e jour du mois de fructidor dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour du nerprun.


Jules REIN (avenue)
Homme politique, maire du Mesnil-le-Roi, qui est à l'origine de la création du canton de Maisons- Laffitte - Le Mesnil-le-Roi - Houilles.


Rue des ROSIERS


SADI CARNOT (avenue)
Né le 11 août 1837 à Limoges et mort le 25 juin 1894 à Lyon (2e arrondissement), de son nom complet Marie François Sadi Carnot, est un homme d'Etat français. Il fut président de la République du 3 décembre 1887 au 25 juin 1894, date de son assassinat. Haut fonctionnaire de carrière, Sadi Carnot, avant de se faire élire à l'Elysée, avait assumé de nombreuses charges politiques et gouvernementales : député de la Côte-d'Or, préfet de la Seine-Inférieure, puis sous-secrétaire d'Etat aux Travaux, il fut nommé ministre des Travaux publics, puis des Finances.